Louis Cochet

Chef électricien, il fut le grand collaborateur fraternel de Henri Alekan.
Résistant pendant la guerre, il faillit perdre cinq fois la vie et, à cause de l’anonymat, ne découvrit qu’à la Libération qu’il faisait partie du groupe anti-nazi de Jean Painlevé.
Il dirigea le studio de Neuilly et, au moment de la retraite, repartit dans une nouvelle carrière avec Alekan.
Après 1968, l’IDHEC (devenue FEMIS) fut menacée de disparition et Louis Cochet y enseigna durant de nombreuses années.
Il participa à trois ou quatre cents films et aurait pu sans problème être directeur de la Photographie mais les changements de spécialité sont parfois mal compris.
Discret humain et plein d’humour, il évoquait maints souvenirs qui constituaient une exceptionnelle histoire du cinéma.