Henri Alekan
artiste et civilisateur

"On est grand quand on épouse une grande querelle"
William Shakespeare

Il fit partie de la génération qui débuta avec le cinéma parlant. Celle-ci fut lourdement atteinte par maints désastres : guerre de 1914-18, du Rif, d’Espagne, de 1939-45, d’Indochine, d’Algérie, fascisme, nazisme, guerre froide, etc, sans omettre toutes sortes de misères et d’horreurs sociales.
Dès l’avant guerre, une jeunesse indignée, solidaire et courageuse se leva pour réhumaniser la société et créer un cinéma propre et exigeant. Henri Alekan, son frère Pierre et différents amis virent se réaliser une partie de leurs espoirs à la Libération avec Jean Painlevé, Directeur élu de la cinématographie, autre personnalité formidable amplement manquante aujourd’hui.

Parmi les engagements et créations innombrables d’Henri Alekan, on relève qu’il fut :
- Créateur d’images inoubliables pour des réalisateurs de tout style.
- Réalisateur de court-métrages personnels vraiment admirables.
- Inventeur de machines et de procédés pour le cinéma et divers domaines.
- Auteur par la théorisation de son art et de souvenirs historiques et artistiques.
- Responsable professionnel : il fut acteur voire fondateur d’institutions et d’organismes visant à assainir l’industrie cinématographique trop souvent dégradée aujourd’hui.

On l’observe :
- Syndicaliste actif et désinintéressé, dressé contre les abus des employeurs.
- Créateur d’une association d’assistants opérateurs dès l’avant guerre.
- Cofondateur et responsable de l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques) initié pendant la guerre par des artistes, des techniciens et des professionnels.
- Membre essentiel de la Commission Supérieure Technique, fondée grâce, notamment, à Max Douy et Jean Painlevé, pendant l’occupation.
- Cofondateur de la Coopérative Générale du Cinéma français pour la production de films exigeants (« La Bataille du Rail… »)
- Responsable de l’Union des auteurs réalisateurs et techniciens du cinéma et de la télévision, solidaire caisse de secours.
- Créateur de l’AFC, association des chefs opérateurs, initiée par Albert Viguier avec Max Douy.

Le citoyen fut toujours actif contre les fascismes lors du Front populaire, de la Résistance, de la Libération et des combats pour la paix. L’éducateur inlassable fut toujours présent dans les écoles, universités, ciné-clubs, festivals, stages, cinémathèques, bibliothèques, expositions… Il eut pour cousin l’historien Jules Isaac et créa il y a trente ans le « Cours Alekan » avec une vingtaine de prestigieux amis et collègues, proposé quasi gratuitement à tous, notamment aux jeunes. Il s’occupa aussi de l’éclairage des villes, des musées, du métro, …

Henri Alekan chercha toute sa vie à créer la beauté et la vérité dans l’art comme dans la société. Son exemplarité est toujours nécessaire dans un monde trop souvent tricheur, démolisseur et inquiétant.

Ici, vous trouverez ses filmographies :
- en tant que directeur de la photographie, assistant opérateur, cadreur et assistant son (au cinéma et à la télévision) ;
- en tant que réalisateur.

Sa bibliographie.

Ainsi que des articles, interviews, fiches techniques...